Permis

Les oreilles remplies de NWA, mon grand ami Nicolas et moi entrons au YMCA. Nous avons neuf ou dix ans et, bien avant que cela ne devienne une discipline olympique, nous sommes venus nous inscrire à ce tout nouveau cours de « breakdancing ». Alors que nous avons de la difficulté à voir au-dessus du comptoir, on nous fait vite comprendre que nous ne sommes pas assez noirs, pas assez pauvres et surtout beaucoup trop jeunes pour faire des « headspins ». Comme s’il fallait un permis pour « groover » sur un « fat beat ».

Oeuvre : titre et date égarés, MC Grou, source.

Deux ans plus tard peut-être, je regarde des gars grimper la côte derrière le manège militaire puis passer en flèche le long du jardin Jeanne-d’Arc sur leur Marinoni rose tout en dévorant une des cuisses de poulet cachées dans la poche de leur maillot. Pure vitesse, pure folie, bien avant le dopage industrialisé et les courses millimétrées. Je me faufile entre les puissantes familiales couronnées de quatorze vélos, et je trouve un entraîneur de mauvaise humeur et des mécanos débarqués de Palermo. J’ose leur demander comment on fait pour pédaler avec eux. Deux fois plus grands que moi, ils me font vite comprendre que je ne suis pas assez italien, pas assez riche et surtout beaucoup trop jeune pour tenir de telles cadences. Comme s’il fallait un permis pour avaler du vent.

Photo : titre et date égarés, Mathilde Maxine, source.

Beaucoup plus tard, par un soir pluvieux de novembre, des représentants de l’OAQ visitent l’école d’architecture pour la première fois. L’ALÉNA vient d’entrer en vigueur en même temps qu’une série de nouveaux examens nord-américains, de ceux que l’on administre aux recrues des forces spéciales. Je ne suis qu’en première année, mais je comprends que nos aînés qui peinent à joindre les deux bouts ne veulent rien entendre de la relève. Les finissants, eux, sont debout sur les tables, voyant le mur qui approche. Je comprends aussi très vite qu’il y aura encore moins de place pour nous et que, oui, il faut bel et bien un permis pour dessiner.

Photo : Loneliness is good, 25 septembre 2017, Lucia Zolea, source.