Possible

Lu : Women avec les photographies d’Annie Leibovitz et le texte de Susan Sontag publié aux Éditions Plume (version française) en 1999, et relu : Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesse par Catherine Dufour publié chez Fayard en 2014.

Dans ce recueil de près de deux cents portraits, Leibovitz (1949- ) présente des femmes d’horizons variés, exerçant divers métiers, certaines inconnues, d’autres célébrissimes. Bien que quelques images ont été saisies in situ plus ou moins sur le vif, la grande majorité relève de mises en scène hyperétudiées, un procédé cher à cette experte du glamour.

leibovitz_eileen-collins-johnson-space-center-houston-tx
Photo (recadrée) : Eileen Collins, Astronaut, Johnson Space Center, Houston, Texas, sans date, Annie Leibovitz, pages 8 et 9.
leibovitz_natalie-portman-montgomery-ab
Photo (recadrée) : Natalie Portman, Actress, Montgomery, Alabama, sans date, Annie Leibovitz, pages 224 et 225.

Précédant cette « anthologie de destins », Sontag (1933-2004) fait le bilan de ce que certains nomment l’ « aventure des femmes », soulignant les avancées sur le plan des droits (vote, divorce, propriété, avortement) et dénonçant, à juste titre, ce qui a très peu changé (violence, stéréotypes, doubles standards, iniquité salariale). Elle réfléchit également longuement aux représentations des femmes, s’insurgeant contre la réduction de celles-ci à leur seule beauté et contre la séduction comme unique outil pour améliorer leur sort.

Sontag prend d’ailleurs à partie la photographe Julia Margaret Cameron (1815-1879) pour qui ses modèles féminins n’auraient été que des « sujets de fantaisie », « utilisés pour personnifier des idéaux de féminité [vulnérabilité, tendresse] tirés de la littérature ou de la mythologie ».

leibovitz_teresa-capucilli-martha-graham-dance-company-nyc
Photo (recadrée) : Teresa Capucilli, Dancer, Martha Graham Dance Company, New York City, sans date, Annie Leibovitz, pages 66 et 67.

Et c’est là que Dufour (1966- ), avec son abécédaire truculent et lumineux, donne des ailes en présentant, pour la cinquantaine de métiers retenus (dont chercheuse d’or, fondatrice d’empire, hackeuse et prix Nobel), à la fois une pionnière et une femme qui exerce la profession aujourd’hui. Cela permet de rêver et, dans la fiche « Photographe », de présenter Cameron sous un meilleur jour. Mais cela permet aussi de garder les pieds bien sur terre, comme lorsque Dufour décrit le salaire d’une architecte en début de carrière : « Dépend de vos premières commandes, et donc des besoins architecturaux de votre entourage. Pour celle dont l’entourage ne fait que rarement construire une deuxième aile à son château, prévoir un estomac résistant aux pâtes » (p. 22).

leibovitz_maya-lin-nyc
Photo (recadrée) : Maya Lin, Architect, New York City, sans date, Annie Leibovitz, p. 149.

Bref, comme dirait Norma Jeane Mortenson (1926-1962) : « A girl knows her limits, but a wise girl knows she has none ».

leibovitz_hillary-rodham-clinton-the-white-house-washington-dc
Photo (recadrée) : Hillary Rodham Clinton, The White House, Washington, D.C., sans date, Annie Leibovitz, pages 56 et 57.