Jusqu’où

Lu : Irréductible vérité : les photographes militaires canadiens depuis 1885 par Peter Robertson publié par les Archives publiques du Canada et les Presses de l’Université Laval en 1973.

Vu : le documentaire Which Way Is The Front Line from Here ? The Life and Times of Tim Hetherington de l’écrivain et cinéaste américain Sebastian Junger (2013).

Hormis quelques exceptions lors de la Guerre de Sécession et, de ce côté-ci de la frontière, de rares clichés saisis par des amateurs parmi les officiers de l’armée britannique, Robertson explique que la photographie n’a réellement commencé a être utilisée à des fins stratégiques et de propagande qu’avec l’avènement de la Première Guerre mondiale. Et, apparemment, le Canada aurait alors été l’un des premiers belligérants à se doter d’un service photographique digne de ce nom.

Cent ans plus tard, Junger rend pour sa part hommage à son complice Tim Hetherington. Connu pour sa couverture exceptionnelle de la guerre civile au Libéria, pays où le photographe a vécu pendant plusieurs années une fois la paix revenue, ainsi que pour ses images saisissantes de la guerre en Afghanistan, depuis l’avant-poste Restrepo où il a séjourné pendant de longues périodes en 2007-2008, Hetherington est décédé en Lybie en 2011 après avoir été grièvement blessé par des éclats de mortier.

En comparant le travail des treize photographes rassemblés par Robertson avec celui de Hetherington, il est frappant de constater que si les contours des conflits varient suivant les époques et les contextes, le cœur de l’affaire semble étonnamment constant : chefs charismatiques…

james peters_louis riel, batoche, 16 mai 1885_p47
Photo : Louis Riel, chef de la rébellion de 1885, prisonnier au camp du major-général F.D. Middleton, à Batoche, vers le 16 mai 1885,
James Peters, p. 47
tim hetherington_liberiawarmp0606020
Photo : Sans titre, série Liberia At War, 2003-2004, Tim Hetherington, source.

Adieux déchirants…

gerald milne moses_sépulture en mer, HCMS Uganda, 4 avril 1945
Photo : Sépulture en mer: le HCMS Uganda, le 4 avril 1945, Gerald Milne Moses, p. 181.
tim hetherington_liberiawarmp0606006
Photo : Sans titre, série Liberia At War, 2003-2004, Tim Hetherington, source.

Alternance entre de longues périodes d’attente et de préparation, et de courts moments d’une intensité extrême…

burton glenwood johnson_catalina 1, squadron 413, april 1942_p92
Photo : Un hydravion à coque Consolidated Catalina 1 de la 413 escadrille (Tuscker) de l’ARC, de service au sol, à Colombo (Ceylan),
vers avril 1942, Burton Glenwood Johnson, p. 92.
tim hetherington_liberiawarmp0606004
Photo : Sans titre, série Liberia At War, 2003-2004, Tim Hetherington, source.

Soldats épuisés grappillant quelques précieuses minutes de sommeil…

james peters_zareba, batoche, 10 mai 1885_p45
Photo : Officiers au repos dans le zareba, espèce de palissade improvisée, à Batoche, vers le 10 mai 1885, James Peters, p. 45.
nevalla-korengal-valley-kunar-province-afghanistan-2008-c-tim-hetherington-courtesy-yossi-milo-gallery-new-york
Photo : Sans titre, série Infidel, 2007-2008, Tim Hetherington, source.

Civils, combattants ou gardiens de la paix marqués à jamais parce qu’ils ont vu et vécu.

gerald milne moses_survivants navire marchand torpill, St John's, TN, 15 sept 1942
Photo : Survivants d’un navire marchand torpillé, à Saint-Jean (Terre-Neuve), le 15 septembre 1942, Gerald Milne Moses, p. 168.
tim hetherington
Photo : Namibian United Nations peace keeper, Monrovia, Liberia, mars 2004, Tim Hetherington, source.

Les photographes rassemblées par Robertson semblent être tous rentrés indemnes. Par contre, malgré toute son expérience, Hetherington n’a pu éviter, malheureusement, de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Dans la fièvre qui accompagnait le printemps arabe, Junger raconte que les journalistes précédaient parfois les rebelles dans l’escalier, alors qu’ils prenaient d’assaut tel ou tel édifice.

Difficile de ne pas repenser au constat fait par Boogie, le photographe d’origine serbe qui apparaît dans le film Everybody Street, au sujet de son reportage au cœur des gangs de rue à New York, et de ce qui l’a convaincu d’y mettre fin : « The deeper you go, the better pictures you’ll take. And it becomes like the most important thing in your life, and it can ultimately fuck you up. You know, destroy your life, this is real. »