Choc

Lu : Les plus grands photographes de LIFE par les éditeurs de LIFE, publié aux Éditions de La Martinière en 2009.

Comme son cousin le journalisme, le photojournalisme se dit en quête de vérité. Toutefois, pour l’un comme pour l’autre, l’objectif semble surtout de raconter une histoire qui surprenne et qui frappe fort. « Le poids des mots, le choc des photos » comme le résume la devise de Paris Match ! Et pour y arriver, les sujets les plus spectaculaires, comme les prouesses, les vedettes et la guerre, sont privilégiés.

ralph morse_alan shepard, floride, 1961_p384
  Photo : « Alan Shepard, sur le point de devenir le premier Américain dans l’espace, Floride, 1961 », Ralph Morse, p. 384.
peter stackpole_US women air force service, 1943_p544
  Photo : « Flygirl de l’U.S. Women’s Air Force, Service, 1943 », Peter Stackpole, p. 544.
milton greene_marlene dietrich_1952_p215
  Photo : « Marlene Dietrich, 1952 », Milton Greene, p. 215.
george silk_gunhild larking, australie, 1956_p512
  Photo : « La Suédoise Gunhild Larking attendant l’épreuve de saut en hauteur aux Jeux olympiques
de Melbourne, Australie, 1956 », George Silk, p. 512.

Comme l’indique John Loengard en introduction: « Robert Capa, qui atteignit Omaha Beach avec la première vague d’assaut à l’aube du Jour J, eut ce mot désormais célèbre : « Si tes photos ne sont pas assez bonnes, c’est que tu n’es pas assez près » ». Cette volonté de coller à l’action est certainement grisante, mais elle résulte souvent dans un manque de recul face aux événements, ainsi qu’en des légendes brouillant le contexte, imaginées par des titreurs surexcités. Même des reporters surdoués ont eu besoin d’un deuxième essai pour arriver à un portrait plus juste et nuancé (voir le documentaire Korengal de Sebastian Junger, de loin plus intéressant que Restrepo).

Heureusement, au-delà des très nombreux cadavres, le recueil de LIFE offre aussi quelques belles trouvailles à mettre en relation avec des photographies prises par d’autres « grands». Il est ainsi amusant de comparer la célèbre reporter Margaret Bourke-White à l’âge de 25 et de 39 ans.

abbott_margaret bourke-white_1929
    Photo : « Margaret Bourke-White, 1929 », Berenice Abbott, source.
margaret bourke-white, algérie, 1943
    Photo : « Margaret Bourke-White, Algérie, 1943 », photographe non identifié, quatrième de couverture.

Ou encore de voir Berenice Abbott, à 83 ans, prendre une pose qui n’est pas sans rappeler celle d’Eugène Atget, à 70 ans, alors qu’elle lui tirait le portrait dans son atelier parisien.

john loengard_berenice abbott, Maine, 1981_p328
  Photo : « La photographe Berenice Abbott, Maine, 1981 », John Loengard, p. 328.
Atget_portrait par Abbott
  Photo : « Portrait d’Eugène Atget, Paris, 1927 », Berenice Abbott, source.

Alors que bien des images semblent mises en scène, tellement le moment saisi parait improbable, quelques-unes confirment effectivement, comme l’affirme Loengard, que le « photographe [travaillant pour LIFE] dépensait l’essentiel de son énergie à effacer toute trace de sa présence ». Ce sont souvent les plus réussies.

gordon parks_ingrid bergman, italie, 1949_p414
Photo : « Ingrid Bergman sur le tournage de Stromboli de Roberto Rossellini, Italie, 1949 », Gordon Parks, p. 414.