Voir le Mexique (1)

Voir le Mexique parce que la lumière y semble aussi cristalline que celle de l’Abitibi, parce que Tina Modotti, parce que toute l’énergie des rues de Mexico à travers les yeux de Pierre et Monique.

modotti_circus tent_1924
  Photo : « Circus tent, 1924 », Tina Modotti, tirée de Tina Modotti publié en 2005
dans la série Aperture Masters of Photography, p. 41.
modotti_telephone wires_1925
  Photo : « Telephone wires, 1925 », Tina Modotti, tirée de Tina Modotti publié en 2005
dans la série Aperture Masters of Photography, p. 45.

Lu en attendant que les caïds cessent de s’entretuer: Le catalogue publié en 1999 de l’exposition « Mariana Yampolsky, Imagen Memoria, Image – Memory » présentée l’année précédente au Centro de la Imagen (Francis Reyes Palma, conservateur), ainsi que la monographie « Manuel Alvarez Bravo » publiée en 1997 chez Könemann dans la série Aperture Masters of Photography.

Comme un coup de soleil, les textes des historiens et des critiques d’art assomment parfois. De l’éloge dithyrambique aux interprétations acrobatiques, les contours du sens tant recherché deviennent flous. Par contre, une fois cette étape franchie, les thèmes chers à une certaine tradition photographique mexicaine refont surface dans toute leur splendeur à travers l’œil original de ces deux amoureux du pays, qu’il en soit natif (Alvarez Bravo, 1902-2002) ou qu’elle l’ait adopté (Yampolsky, 1925-2002).

img209
Photo : « Angel caido | Fallen Angel, 1994 », Ciudad de Mexico, Mariana Yampolsky, p. 117.
img207
Photo : « Caricia |Caress, 1999 », San Simon de la Laguna, Estado de Mexico, Mariana Yampolsky, p. 63.
p53_retrato de lo eterno_1935
Photo : « Retrao de lo eterno, 1935 », Manuel Alvarez Bravo, p. 53.

Connaissant le culte voué au soleil par les civilisations précolombiennes, on peut se demander ce qu’elles auraient pensé de la magie de la photographie !