Souvenirs

English version below.

Vu : l’exposition Gabor Szilasi – le monde de l’art à Montréal, 1960-1980 présentée au Musée McCord jusqu’au 29 avril 2018.

De ces belles images saisies par Szilasi au fil des vernissages d’un Montréal artistique en effervescence, il ressort plusieurs atmosphères amusantes. Les personnages et le contexte diffèrent, mais j’y retrouve bien là l’énergie de plusieurs événements auxquels j’ai eu la chance d’assister lorsque j’étais petit et me reconnais en particulier dans la fille du photographe qui apparaît à l’occasion dans le cadre.

Quant au peintre Guido Molinari, il semble qu’il ait eu l’oeil pour les jolies filles.

gabor szilasi_irene f whittome et guido molinari_1973
Photo :  Irene F. Whittome et Guido Molinari au vernissage de l’exposition d’Irene F. Whittome à la Galerie Martal, Montréal, octobre 1973, Gabor Szilasi, source.
gabor szilasi_guido molinari et judith terry_1969
Photo (recadrée) : Guido Molinari et Judith Terry lors d’un vernissage à la Galerie Sherbrooke,
Montréal, janvier 1969, Gabor Szilasi, rephotographiée par L. Godbout.

Autrement, dans une vitrine placée au centre de la salle d’exposition trônait un légendaire Leica M4 appartenant à Szilasi ainsi que quelques artéfacts utilisés à l’ère de la photo argentique. Il semble approprié de décrire la scène de cette façon, car la vignette expliquait, entre autres, que : « Dans la deuxième moitié du vingtième siècle, la pellicule 35 mm était le format le plus populaire et le plus largement accessible sur le marché. De nombreux photographes privilégiaient le caractère spontané et le grain photographique apparent qu’elle produisait. » Voilà la première fois que je rencontre un texte qui présente aux visiteurs cette technique comme très ancienne, voire disparue. Pourtant, tous ces vendredis soir passés dans le sous-sol du centre des loisirs, dans l’atmosphère humide et sous la lueur ambrée de la chambre noire, semblent tellement proches !

leic godbout_marianne_v1990
Photo : Marianne, vers 1990, L. Godbout.

English version:

Souvenirs

Visited: The exhibition Gabor Szilasi – The Art World in Montreal, 1960-1980 presented at the McCord Museum until April 29, 2018.

From these beautiful images captured by Szilasi during the openings of an effervescent artistic Montreal, several amusing atmospheres emerge. The characters and the context differ, but I find there the energy of several events that I had the chance to attend as a child, and recognize myself in particular in the photographer’s daughter who occasionally appears in the frame.

As for the painter Guido Molinari, it seems that he had an eye for pretty girls.

gabor szilasi_irene f whittome et guido molinari_1973
Photo:  Irene F. Whittome and Guido Molinari during the opening of the Irene F. Whittome exhibit at the Galerie Martal, Montréal, October 1973, Gabor Szilasi, source.
gabor szilasi_guido molinari et judith terry_1969
Photo (croped): Guido Molinari and Judith Terry during an opening at the Galerie Sherbrooke,
Montréal, January 1969, Gabor Szilasi, rephotographed by L. Godbout.

Otherwise, in a display case in the centre of the showroom was a legendary Leica M4 belonging to Szilasi, as well as some artifacts used in the era of silver halide photography. It seems appropriate to describe the scene this way, as the vignette explained, among other things, that: « In the second half of the twentieth century, 35 mm film was the most popular and widely available format on the market. Many photographers favoured the spontaneity and apparent photographic grain it produced.  » This is the first time that I read a text that presents this technique to visitors as being very old, even extinct. Yet all those Friday nights spent in the basement of the community centre, in the damp atmosphere and under the amber glow of the darkroom, seem so close!

leic godbout_marianne_v1990
Photo: Marianne, circa 1990, L. Godbout.