Homonymes (2)

Lu : Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun par Haldane Macfall publié chez Eyrolles en 2015.

Vu : le reportage Wynwood – Quartier d’art à ciel ouvert de Véronique Lauzon et Ninon Pednault diffusé par La Presse le 8 mars 2016, et qui met en valeur le travail d’Elisabetta Fantone.

Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842) naît la même année que Marie-Antoinette et devient, à 23 ans seulement, la peintre officielle de cette reine de France de qui elle tirera une trentaine de portraits. Parallèlement et en plus de peindre l’élite de son époque, de Vienne à Saint-Pétersbourg en passant par Rome et Londres, elle commet une série d’autoportraits saisissants.

vigée-lebrun_Marie-Antoinette_après 1783
Huile sur toile : Marie-Antoinette, après 1783, Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun, p. 4.
vigée-lebrun_Marie-Antoinette, reine de France, 1755-1793_1788
Huile sur toile : Marie-Antoinette, reine de France (1755-1793), après 1788, Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun, p. 90.
vigée-lebrun_autoportrait au chapeau de paille_après 1782
Huile sur toile : Autoportrait au chapeau de paille, après 1782, Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun, p. 33.

Quant à Elisabetta Fantone (1982- ), elle naît à Montréal et, à 24 ans seulement, elle expose sa première série de toiles intitulée « Various Portraits », ce qui l’amène à participer régulièrement depuis 2010 à l’événement Art Basel qui se tient dans le quartier des murales de Wynwood à Miami. Parallèlement et en plus de poursuivre une carrière de mannequin, d’actrice et d’interprète, elle apparaît souvent devant l’œil de la caméra, cultivant apparemment un certain faible pour la métamorphose.

elisabetta fantone_the affair
Photo : Murale intitulée The Affair, 2014, Elisabetta Fantone, source.
elisabetta fantone_frida kahlo_R
  Huile sur toile : Frida Kahlo, 2015, Elisabetta Fantone, source.
elisabetta fantone_par john ciambrone_R
Photo (recadrée) : Elisabetta Fantone,
sans date, John Ciambrone, source.
elisabetta fantone_basquiat
Photo : Elisabetta Fantone peignant « Crimes Against Art » pendant l’Art Basel 2015, photographe non identifié, source.

« Après de nombreuses discussions et des débats houleux » (p. 64), Élisabeth, dont le coup de pinceau a toujours été considéré moins virtuose que celui d’un François Boucher, est finalement reçue à l’Académie royale en 1783. Peut-être en raison de sa participation à Loft Story, Elisabetta semble avoir également mis un certain temps à être prise au sérieux, à commencer par le tribunal populaire qu’est Tout le monde en parle.

Des femmes particulièrement jolies ET talentueuses, voilà une combinaison qui dérange encore semble-t-il, comme quoi certaines choses ont peu changé en un peu plus de deux siècles. Si le destin exceptionnel de Vigée-Lebrun ne compense évidemment pas celui de toutes les femmes qui depuis trop longtemps auraient pu, dans des conditions plus favorables, mettre à contribution de semblables talents, le parcours de Fantone montre que, malgré les barrières qui persistent, il vaut la peine de continuer d’insister.